Présentation de communication de Susana Chalante sur l’analyse des réseaux clandestins de migrations, Viseu, entre 1870-1890

Susana CHALANTE  » Existe vida para além das redes migratórias? Uma análise das redes clandestinas no distrito de Viseu (1870-1890) » Conférence – Portugal nos Últimos Dois Séculos, 22 de Junho de 2012,  ISCTE, Lisboa

Résumé: La réévaluation des modèles migratoires se doit à la reconnaissance par les sociologues de la complexité des facteurs entraînant les migrations et au croisement de ceux-ci sur plusieurs niveaux (Morawska, 2007). Les théories des réseaux migratoires se sont essentiellement focalisées sur la façon dont les liens familiaux, de voisinage et d’amitié (réseaux personnels) réduisent les coûts et les risques de la migration and thereby increase the likelihood of setting in motion migration dynamics independent of their initial (Bakewell et al., 2011:11). Actuellement, le concept de réseaux migratoires est remis en question, en effet, son utilisation invite à s’interroger sur son efficacité à expliquer la multiplicité et le développement des mouvements de populations, et leur perpétuité (Krissman, 2005 e Haas 2010).

Certains auteurs se réfèrent par exemple, aux « éléments externes » (avocats, agents de migration et fonctionnaires des frontières), lesquels fonctionnent comme des composants de réseaux et agissent comme des intermédiaires importants dans les processus migratoires et compensent ainsi les services que les chaines sociales ne peuvent fournir, en particulier dans le cas des migrations clandestines (Guilmoto e Sandron, 2001: 150).

En observant le forme d’opérer des engajadores (traficants de personnes) dans le département de Viseu entre 1870-1890 (époque de pleine expansion du phénomène au niveau régional), tout en définissant aussi  le profil socio-économique de ces agents, se constate la nécessité d’accroître les outils conceptuels et les encadrements théoriques. Il ne s’agit pas de créer un nouveau paradigme, mais plutôt de to make sense of historical patterns, using in the process whatever theoretical resources seem useful and valid (Skocpol, 1984: 17).

La présente analyse, part du principe que les chaînes migratoires au-delà des relations personnelles se fondent aussi « sur la force de faibles liens » (weak ties) : des liens sociaux secondaires, qui peuvent aussi être mobilisés et auxquels les individus ont accès – des personnes de la même profession, engajadores, etc. (Granovetter, 1973). De quelle façon notre étude s’encadre dans ce contexte interprétatif ? En caractérisant le fonctionnement des réseaux d’émigrations illégaux au XIXe siècle à Viseu et la forme par laquelle ils vont impulser et supporter les flux migratoires conjointement avec d’autres facteurs, nous prétendons ici répondre à cette question.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *