Épisode 2: L’empire portugais au XXe siècle, perspectives d’études.

Portal manuelino
Sphère utilisée pendant la période manuelina puis du Estado Novo. En dépit des connotations nationalistes qu’elle pourrait avoir la sphère représente l’histoire et la culture Portugaise. (On remercie Susana Chalante pour cette photo prise à Lisbonne et ses commentaires).

Deux doctorantes, Maria do Mar Gago et Joana Pontes nous proposent deux visions de l’empire, celle des scientifiques et celle des militaires. Ces deux thèses aux objets différents s’articulent néanmoins autour de la notion de distance et d’espace. Si la distance aujourd’hui tend à disparaitre, à réduire l’espace, elle est encore dans la seconde moitié du XXe siècle un poids important dans les relations familiales, dans la diffusion d’information et dans l’élaboration de stratégies politiques et scientifiques. À travers le Café de l’empire, le café Robusta Maria do Mar Gago s’intéresse à la coopération scientifique internationale entre les États-Unis et le Portugal. Il s’agit de comprendre l’installation de centres de recherches et de coopérations entre les scientifiques sous le régime dictatorial du « Estado Novo » et ceux du monde libéral. Ni la distance politique, culturel ou physique ne représentent d’obstacles à la prolifération de bactéries néfaste au café, elles sont au contraire un facteur de rapprochement diplomatique, scientifique et culturel. La distance est aussi un élément central de la thèse de Joana Pontes. Elle propose de lire la guerre à travers les correspondances non seulement celles des militaires mais aussi celles de leurs familles en métropole. Aux témoignages de la guerre en Afrique font échos ceux de la métropole, les difficultés et les espoirs de chacun. L’auteur met ainsi en perspective les visions de deux réalités à la fois distantes et partagées dans la correspondance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *