Présentation projet de thèse de Joana Pontes, « Sinais de Vida, Cartas da guerra colonial »

Il n’existe pas d’autres évènements sur lesquels on a gardé une mémoire écrite aussi importante que celle des guerres du XXème siècle. L’alphabétisation croissante mais ausse le système de transport et de distribution du courrier toujours plus efficace firent de la correspondance un mode d’échange qui trouva rapidement sa place au sein de la population. La distance formée et forcée par la guerre ne trouvait de remède qu’avec l’envoie de lettres, moyen privilégié pour réduire les distances. Elles ont croisé toutes les classes sociales faisant partie du quotidien de chacun, parfois pendant une période assez longue.

La guerre coloniale portugaise, aussi appelée guerre d’outre-mer ou de libération selon la position assumée face à sa légitimité, commença en 1961 et se termina en 1974, comme conséquence du coup d’état militaire. Le 25 avril 1974 marqua la fin de la dictature militaire Marcello Caetano.

Pendant 13 ans, les forces armées portugaise ont combattu les mouvements de libération des territoires africains en Angola (MPLA, UPA/FNLA, UNITA), au Mozambique (FRELIMO) et en Guinée (PAIGC). Environ 600 000 militaires de la métropoles ou 800 000 si l’on considère aussi les corps militaires africains sont enrôlés dans cette guerre. Du côté portugais 8 300 morts sont enregistrés et l’on estime à 15 600 le nombre de grands blessés. Leurs noms gravés sur un monument à Belém, un arrondissement de Lisbonne, perpétuent la mémoire de cette guerre.

Le Portugal ne fut jamais officiellement en guerre, dans aucun de ces territoires. En accord avec la rhétorique du régime, le Portugal faisait face « à des bandes armées, équipées, entrainées et instruites par des agents à la solde du communisme » [1] recevant l’appui de manière dissimulé de certaine démocratie occidentale. Il ne fut jamais question de mouvement de libération et la documentation officielle ceux qui combattaient les portugais étaient nommés de terroristes, de « turras » et plus tard d’ennemis (IN).

Ce conflit pourrait être caractérisé comme une guerre de guérillas qui causa de grandes pertes dans les forces armées portugaise. Il a lieu dans un espace propice au « guérilléros ». De plus, le climat inhospitalier et les longues distances à parcourir, fatiguèrent les militaires qui affrontaient les forces natives légères avec une grande mobilité recevant un appui externe et vivant dans la clandestinité, souvent mélangés à la population.

La distance entre celui qui restait dans la métropole et celui qui partait en Afrique aura une importance décisive dans le conflit. Cette séparation, la jeunesse des militaires, 20, 22 ans, la distance à laquelle ils se trouvaient de leur domicilie – Angola, Guinée ou Mozambique – et le temps de la mobilisation, en moyenne 24 mois, transformait profondément leur monde, avec des conséquences déterminantes pour la société portugaise, ce qui se traduit par la création d’un volume important de lettres. Pendant les 13 ans de guerre l’envoie quotidien moyen était de 10 tonnes de courrier pour un total de 21 000 tonnes[2].

Cette recherche, en cours, a comme source la correspondance de guerre coloniale appartenant à des archives privées. Ces lettres, fortement ancrées dans le contexte particulier de la vie  en Afrique pendant la guerre, permet une variété d’approches. D’un côté, l’on observe la façon dont la guerre fut sentie par les militaires et la compréhension qu’ils formaient de leur mission. D’un autre côté de cette lecture et analyse surgit, parmi d’autres représentation, une profonde et romantique liaison sentimentale des soldats avec leurs parents et la nostalgie d’un chez soi trop distant. Le mot « saudade » se croise avec l’idée de la mort, de la jalousie et de la trahison, mais aussi de l’attente et du temps.

 

Joana Pontes

(traduction de Christelle de Monserrate)


[1]    Vaz, Nuno Mira (1997), Opiniões Públicas durante as Guerras de África, Lisboa, Quetzal Editores, p.9.

[2] Ver, por exemplo, E. e L. Barreiros, História do Serviço Postal Militar, (Lisboa, Edição dos autores, 2004


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *