Projet de thèse d’Hugo Dores, A Questão Missionária no Império Português em África (1885-1926)

Questão Missionária no Império Português em África (1885-1926)
La question missionnaire de l’Empire Portugais d’Afrique (1885-1926)

Hugo Dores

Dans le contexte de l’expansion impériale européenne, accompagnée de près par l’avance et le développement du mouvement missionnaire chrétien, le missionarisme de l’empire colonial portugais se trouva confronté à diverses dynamiques lesquelles cherchaient à consolider le travail des missionnaires auprès de la population. Au cœur de la menace que représentaient les protestants aux yeux des autorités coloniales portugaises se trouvait la question de la confession et la rivalité entre catholiques et protestant. Le Portugal dans sa recherche à maintenir, élargir et affirmer ses droits de patronage comme forme d’assurer son pouvoir et son autorité sur l’espace d’outre-mer se trouva confronté à la menace que représentait le confessionalisme. Pour les gouvernants de Lisbonne et d’Outre-Mer l’essentiel était la défense du « Padroado » Africain et de ses prérogatives. Il s’agissait à la fois d’y affirmer l’autorité portugaise et d’entraver l’activité évangélisatrice des protestants, celle-ci toujours associée à la défense des prétentions britanniques sur les colonies africaines. Les protestants étaient en effet vus comme les ennemis de la foi (catholique) et de l’empire (portugais). Les débuts de la République apportent aux éléments protestants et catholiques de nouvelles expectatives sur ces réalités. Néanmoins, l’empire maintenait ses spécificités et ce qui fut important pendant la monarchie sur les questions missionnaires ne changea pas en 1910. Il s’agissait pour les gouvernants d’insister sur la souveraineté de l’État sur l’Église Catholique, sur la menace protestante dans l’empire et sur l’obligation d’assurer les compromis internationaux. Les idéaux et plans républicains sur la place de la religion dans les colonies devaient prendre en considération ces présupposés, imposant alors différents niveaux d’application et de réajustement législatif et idéologique.

Épisode 2: L’empire portugais au XXe siècle, perspectives d’études.

Portal manuelino
Sphère utilisée pendant la période manuelina puis du Estado Novo. En dépit des connotations nationalistes qu’elle pourrait avoir la sphère représente l’histoire et la culture Portugaise. (On remercie Susana Chalante pour cette photo prise à Lisbonne et ses commentaires).

Deux doctorantes, Maria do Mar Gago et Joana Pontes nous proposent deux visions de l’empire, celle des scientifiques et celle des militaires. Ces deux thèses aux objets différents s’articulent néanmoins autour de la notion de distance et d’espace. Si la distance aujourd’hui tend à disparaitre, à réduire l’espace, elle est encore dans la seconde moitié du XXe siècle un poids important dans les relations familiales, dans la diffusion d’information et dans l’élaboration de stratégies politiques et scientifiques. À travers le Café de l’empire, le café Robusta Maria do Mar Gago s’intéresse à la coopération scientifique internationale entre les États-Unis et le Portugal. Il s’agit de comprendre l’installation de centres de recherches et de coopérations entre les scientifiques sous le régime dictatorial du « Estado Novo » et ceux du monde libéral. Ni la distance politique, culturel ou physique ne représentent d’obstacles à la prolifération de bactéries néfaste au café, elles sont au contraire un facteur de rapprochement diplomatique, scientifique et culturel. La distance est aussi un élément central de la thèse de Joana Pontes. Elle propose de lire la guerre à travers les correspondances non seulement celles des militaires mais aussi celles de leurs familles en métropole. Aux témoignages de la guerre en Afrique font échos ceux de la métropole, les difficultés et les espoirs de chacun. L’auteur met ainsi en perspective les visions de deux réalités à la fois distantes et partagées dans la correspondance.

Projections d’histoire

Ce carnet a pour objet de permettre la diffusion des travaux d’étudiants et de jeunes chercheurs qui travaillent dans l’espace lusophone. Pour cela, le carnet propose d’une part de publier en français des résumés de communications, d’articles ou de projets en portugais. D’autre part, on cherchera à accompagner ces billets par des présentations des auteurs sous la forme d’un entretien, où l’on mettra en avant le parcours de l’étudiant, ses projets d’études, et la place du portugais et de l’espace lusophone en Histoire.