Bio-note de Joana Pontes

Joana Pontes possède une licence en psychologie à l’Université de Lisbonne, elle poursuit par la suite des études de cinéma et en 2002/2003 elle conclut le programme d’étude avancée de journalisme politique à l’Instituto de Estudos Politicos, Université Catholique de Lisbonne.

Actuellement doctorante elle fréquente le PIUDH, Programa Inter-Universitário de Doutoramento em História, ICS/FLUL/UE/UCP/ISCTE, pertencendo ao CEHCP, ISCTE-IUL

Présentation projet de thèse de Joana Pontes, « Sinais de Vida, Cartas da guerra colonial »

Il n’existe pas d’autres évènements sur lesquels on a gardé une mémoire écrite aussi importante que celle des guerres du XXème siècle. L’alphabétisation croissante mais ausse le système de transport et de distribution du courrier toujours plus efficace firent de la correspondance un mode d’échange qui trouva rapidement sa place au sein de la population. La distance formée et forcée par la guerre ne trouvait de remède qu’avec l’envoie de lettres, moyen privilégié pour réduire les distances. Elles ont croisé toutes les classes sociales faisant partie du quotidien de chacun, parfois pendant une période assez longue.

La guerre coloniale portugaise, aussi appelée guerre d’outre-mer ou de libération selon la position assumée face à sa légitimité, commença en 1961 et se termina en 1974, comme conséquence du coup d’état militaire. Le 25 avril 1974 marqua la fin de la dictature militaire Marcello Caetano.

Pendant 13 ans, les forces armées portugaise ont combattu les mouvements de libération des territoires africains en Angola (MPLA, UPA/FNLA, UNITA), au Mozambique (FRELIMO) et en Guinée (PAIGC). Environ 600 000 militaires de la métropoles ou 800 000 si l’on considère aussi les corps militaires africains sont enrôlés dans cette guerre. Du côté portugais 8 300 morts sont enregistrés et l’on estime à 15 600 le nombre de grands blessés. Leurs noms gravés sur un monument à Belém, un arrondissement de Lisbonne, perpétuent la mémoire de cette guerre.

Le Portugal ne fut jamais officiellement en guerre, dans aucun de ces territoires. En accord avec la rhétorique du régime, le Portugal faisait face « à des bandes armées, équipées, entrainées et instruites par des agents à la solde du communisme » [1] recevant l’appui de manière dissimulé de certaine démocratie occidentale. Il ne fut jamais question de mouvement de libération et la documentation officielle ceux qui combattaient les portugais étaient nommés de terroristes, de « turras » et plus tard d’ennemis (IN).

Ce conflit pourrait être caractérisé comme une guerre de guérillas qui causa de grandes pertes dans les forces armées portugaise. Il a lieu dans un espace propice au « guérilléros ». De plus, le climat inhospitalier et les longues distances à parcourir, fatiguèrent les militaires qui affrontaient les forces natives légères avec une grande mobilité recevant un appui externe et vivant dans la clandestinité, souvent mélangés à la population.

La distance entre celui qui restait dans la métropole et celui qui partait en Afrique aura une importance décisive dans le conflit. Cette séparation, la jeunesse des militaires, 20, 22 ans, la distance à laquelle ils se trouvaient de leur domicilie – Angola, Guinée ou Mozambique – et le temps de la mobilisation, en moyenne 24 mois, transformait profondément leur monde, avec des conséquences déterminantes pour la société portugaise, ce qui se traduit par la création d’un volume important de lettres. Pendant les 13 ans de guerre l’envoie quotidien moyen était de 10 tonnes de courrier pour un total de 21 000 tonnes[2].

Cette recherche, en cours, a comme source la correspondance de guerre coloniale appartenant à des archives privées. Ces lettres, fortement ancrées dans le contexte particulier de la vie  en Afrique pendant la guerre, permet une variété d’approches. D’un côté, l’on observe la façon dont la guerre fut sentie par les militaires et la compréhension qu’ils formaient de leur mission. D’un autre côté de cette lecture et analyse surgit, parmi d’autres représentation, une profonde et romantique liaison sentimentale des soldats avec leurs parents et la nostalgie d’un chez soi trop distant. Le mot « saudade » se croise avec l’idée de la mort, de la jalousie et de la trahison, mais aussi de l’attente et du temps.

 

Joana Pontes

(traduction de Christelle de Monserrate)


[1]    Vaz, Nuno Mira (1997), Opiniões Públicas durante as Guerras de África, Lisboa, Quetzal Editores, p.9.

[2] Ver, por exemplo, E. e L. Barreiros, História do Serviço Postal Militar, (Lisboa, Edição dos autores, 2004

Présentation du projet de thèse de Maria do Mar Gago, « Agricultural science and the Portuguese coffee empire (1926-1961) »

Coffee was one of the most important agricultural commodities of the late Portuguese empire, which figured as a key player in the global market. From 1946 onwards Angola was for several years the first exporter among African producers, sharing this position with Uganda and Belgian Congo; in 1974, it was the forth world coffee producer. My thesis is about the emergence of a ‘scientific imperialism’ in Angola during a distinctive phase of development of this Portuguese colony: 1926-1961.

 

The first part of this thesis focuses on the role agricultural scientists played on Angolan coffee production. I will also investigate until what extent, if any did Angola coffee species and systems of cultivation influence imperial scientific policies and the ‘colonial relation’. My goal here is to illuminate the hidden environmental history of Coffea canephora, known as the Robusta coffee. The sources used are mainly agronomists’ reports, not only the ones describing breeding, physiological and chemical experiments, carried out at the experimental stations and colonial laboratories, but the ones resulting from the surveying missions performed by these actors along the Angolan territory.

 

On second part of this thesis I will show how this ‘Portuguese coffee empire’ established in Angola became close connected to the Coffee Rust Research Centre (CIFC), launched in 1955 near Lisbon, and funded by both governments of Portugal and the United States. Firmly rooted in the CIFC’ s correspondence, which has remained intact and untouched until today, I will follow thetrans-imperial (or transnational) circulation of seeds, plant clones and fungus enlisted to participate on a fight against what was considered to be the most dangerous threat to coffee production,Hemileia vastatrix. This is not a story about the impact of a plague, a cultivar or a hybrid. It’s a story about an idea of a plague and how diplomatic, political and even epistemological wedges, separating the ‘free world’ from authoritarian and colonialist Europe, were bracketed, under the sign of ‘scientific cooperation’.

Maria do Mar Gago

Épisode 2: L’empire portugais au XXe siècle, perspectives d’études.

Portal manuelino
Sphère utilisée pendant la période manuelina puis du Estado Novo. En dépit des connotations nationalistes qu’elle pourrait avoir la sphère représente l’histoire et la culture Portugaise. (On remercie Susana Chalante pour cette photo prise à Lisbonne et ses commentaires).

Deux doctorantes, Maria do Mar Gago et Joana Pontes nous proposent deux visions de l’empire, celle des scientifiques et celle des militaires. Ces deux thèses aux objets différents s’articulent néanmoins autour de la notion de distance et d’espace. Si la distance aujourd’hui tend à disparaitre, à réduire l’espace, elle est encore dans la seconde moitié du XXe siècle un poids important dans les relations familiales, dans la diffusion d’information et dans l’élaboration de stratégies politiques et scientifiques. À travers le Café de l’empire, le café Robusta Maria do Mar Gago s’intéresse à la coopération scientifique internationale entre les États-Unis et le Portugal. Il s’agit de comprendre l’installation de centres de recherches et de coopérations entre les scientifiques sous le régime dictatorial du « Estado Novo » et ceux du monde libéral. Ni la distance politique, culturel ou physique ne représentent d’obstacles à la prolifération de bactéries néfaste au café, elles sont au contraire un facteur de rapprochement diplomatique, scientifique et culturel. La distance est aussi un élément central de la thèse de Joana Pontes. Elle propose de lire la guerre à travers les correspondances non seulement celles des militaires mais aussi celles de leurs familles en métropole. Aux témoignages de la guerre en Afrique font échos ceux de la métropole, les difficultés et les espoirs de chacun. L’auteur met ainsi en perspective les visions de deux réalités à la fois distantes et partagées dans la correspondance.