Hugo Dores, publications…

Dores, Hugo Gonçalves e Miguel Bandeira Jerónimo, “As Missões e o Império”, in Miguel Bandeira Jerónimo (ed.), O Império Colonial em Questão (Lisboa: Edições 70, Colecção História&Sociedade, 2012, pp. 119-156)
Dores, Hugo Gonçalves, « Silva Rego et la Missiologie: Principes de la méthode missionnaire pour l’Empire Coloniale Portugais », in Hugues Didier and Madalena Larcher (dir.), PÉDAGOGIES MISSIONNAIRES, TRADUIRE, TRANSMETTRE, TRANSCULTURER (Paris: Karthala, 2012, pp.  317-328).

Hugo Dores en bref…

Hugo Gonçalves Dores (Lisboa, 1983), a obtenu une licence d’Histoire (2005) et une maîtrise en Histoire Contemporaine (2009) à l’Université de Lisbonne, Faculté de Lettre. Il est membre du Centro de Estudos de História Religiosa da Universidade Católica Portuguesa et préprae actuellement une thèse de doctorat sur la Question Missionaire dans l’Empire Portugais d’Afrique (1885-1926) (« A Questão Missionária no Império Português em África « ).

Projet de thèse d’Hugo Dores, A Questão Missionária no Império Português em África (1885-1926)

Questão Missionária no Império Português em África (1885-1926)
La question missionnaire de l’Empire Portugais d’Afrique (1885-1926)

Hugo Dores

Dans le contexte de l’expansion impériale européenne, accompagnée de près par l’avance et le développement du mouvement missionnaire chrétien, le missionarisme de l’empire colonial portugais se trouva confronté à diverses dynamiques lesquelles cherchaient à consolider le travail des missionnaires auprès de la population. Au cœur de la menace que représentaient les protestants aux yeux des autorités coloniales portugaises se trouvait la question de la confession et la rivalité entre catholiques et protestant. Le Portugal dans sa recherche à maintenir, élargir et affirmer ses droits de patronage comme forme d’assurer son pouvoir et son autorité sur l’espace d’outre-mer se trouva confronté à la menace que représentait le confessionalisme. Pour les gouvernants de Lisbonne et d’Outre-Mer l’essentiel était la défense du « Padroado » Africain et de ses prérogatives. Il s’agissait à la fois d’y affirmer l’autorité portugaise et d’entraver l’activité évangélisatrice des protestants, celle-ci toujours associée à la défense des prétentions britanniques sur les colonies africaines. Les protestants étaient en effet vus comme les ennemis de la foi (catholique) et de l’empire (portugais). Les débuts de la République apportent aux éléments protestants et catholiques de nouvelles expectatives sur ces réalités. Néanmoins, l’empire maintenait ses spécificités et ce qui fut important pendant la monarchie sur les questions missionnaires ne changea pas en 1910. Il s’agissait pour les gouvernants d’insister sur la souveraineté de l’État sur l’Église Catholique, sur la menace protestante dans l’empire et sur l’obligation d’assurer les compromis internationaux. Les idéaux et plans républicains sur la place de la religion dans les colonies devaient prendre en considération ces présupposés, imposant alors différents niveaux d’application et de réajustement législatif et idéologique.