Présentation de Susana Chalante

Actuellement, doctorante en Histoire à l’I.C.S. (Instituto de Ciências Sociais – Université de Lisbonne) Susana CHALANTE étudie, dans le cadre de sa thèse, la construction de réseaux migratoires légaux et illégaux dans la région de Viseu durant la seconde moitié du XIXe siècle.

De 2007 à 2009, elle obtint une bourse pour participer au projet de recherche sur Elites na Era do Fascismo. De plus, elle a participé à de nombreux autres projets développés par l’ICS et la Faculté de Sciences Humaines et Sociales de l’Université Nova de Lisbonne (Seminaire libre de História das Ideias – Revue, Ideias e Cultura: 1900-1930; O Livro e Piedade Popular).

En 2010, elle coopéra à la rédaction du livre Portugal: Atlas das Migrações Internacionais, sous la direction de Rui Pena Pires (Tinta da China).

Elle a également  participé à de nombreuses conférences nationales et internationales en présentant des communications sur la présence des étrangers au Portugal dans les années 1930 et 1940.

Dernièrement, ses communications ont développé le thème des politiques migratoires au XIXe siècle.

Parmi, ses publications récentes, on distingue l’article “O discurso do Estado Salazarista perante o “indesejável” (1933-1939) ”, paru dans Análise Social, 2011.

Elle orgnisa aussi en 2012, la conférence internationale “Ecos das Migrações: Memórias e Representações dos Migrantes, Sécs. XIX-XXI (FCSH-UNL), (echoesmigrations.blogspot.com)

Présentation projet de thèse d’Ana Santos Leitão sur le peuplement de la région frontalière de S. Mamede, Portugal, XIIe-XVIe siècle

Ana Leitão, projet de thèse, Frontière et peuplement de la montagne de S. Mamede du Moyen Âge à l’époque Contemporaine (XIIe– XVIe), Université de Lisbonne


Actuellement doctorante en Histoire à l’Université de Lisbonne ma recherche porte sur les questions de réglementation du peuplement et de frontière dans la zone de l’Alto Alentejo (Haut Alentejo) au Moyen Âge tardif. La thèse en cours de rédaction cherche à étudier la composition des réseaux urbains sur cette période.
L’historiographie de ces dix dernières années définit la nature de l’étendue des zones frontalières de l’Ouest comme cruciale à la compréhension identitaires des communautés soi-disant frontalières tout en accordant une plus grande importance aux lignes. L’étude des régions frontalières portugaises au Moyen Âge se révèle donc être d’un intérêt particulier dans la compréhension non seulement des systèmes de défenses mais aussi à la formation identitaire dans une logique d’intégration et d’exclusion.

Il est désormais confirmé que l’essence identitaire de  la langue portugaise et espagnole s’est formé en majeure partie par leur contact frontalier avec la réalité de l’Islam, par opposition à un contexte religieux et culturel paradoxalement proche et divergeant, élément décisif dans la formation et le développement social.
La montagne de S. Mamede, dans le Haut Alentejo, se présente non seulement comme un point clef, mais aussi comme un territoire définit par des éléments naturels. Il est donc de plus grand intérêt d’approfondir la connaissance de cette région, à la fois zone charnière entre les Royaumes de Castille et du Portugal, mais aussi entre l’Alentejo et la Beira. Ce sont aussi ces caractéristiques qui ont favorisé l’émergence d’un complexe urbain unique structuré  par la montagne.

Présentation de communication de Susana Chalante sur l’analyse des réseaux clandestins de migrations, Viseu, entre 1870-1890

Susana CHALANTE  » Existe vida para além das redes migratórias? Uma análise das redes clandestinas no distrito de Viseu (1870-1890) » Conférence – Portugal nos Últimos Dois Séculos, 22 de Junho de 2012,  ISCTE, Lisboa

Résumé: La réévaluation des modèles migratoires se doit à la reconnaissance par les sociologues de la complexité des facteurs entraînant les migrations et au croisement de ceux-ci sur plusieurs niveaux (Morawska, 2007). Les théories des réseaux migratoires se sont essentiellement focalisées sur la façon dont les liens familiaux, de voisinage et d’amitié (réseaux personnels) réduisent les coûts et les risques de la migration and thereby increase the likelihood of setting in motion migration dynamics independent of their initial (Bakewell et al., 2011:11). Actuellement, le concept de réseaux migratoires est remis en question, en effet, son utilisation invite à s’interroger sur son efficacité à expliquer la multiplicité et le développement des mouvements de populations, et leur perpétuité (Krissman, 2005 e Haas 2010).

Certains auteurs se réfèrent par exemple, aux « éléments externes » (avocats, agents de migration et fonctionnaires des frontières), lesquels fonctionnent comme des composants de réseaux et agissent comme des intermédiaires importants dans les processus migratoires et compensent ainsi les services que les chaines sociales ne peuvent fournir, en particulier dans le cas des migrations clandestines (Guilmoto e Sandron, 2001: 150).

En observant le forme d’opérer des engajadores (traficants de personnes) dans le département de Viseu entre 1870-1890 (époque de pleine expansion du phénomène au niveau régional), tout en définissant aussi  le profil socio-économique de ces agents, se constate la nécessité d’accroître les outils conceptuels et les encadrements théoriques. Il ne s’agit pas de créer un nouveau paradigme, mais plutôt de to make sense of historical patterns, using in the process whatever theoretical resources seem useful and valid (Skocpol, 1984: 17).

La présente analyse, part du principe que les chaînes migratoires au-delà des relations personnelles se fondent aussi « sur la force de faibles liens » (weak ties) : des liens sociaux secondaires, qui peuvent aussi être mobilisés et auxquels les individus ont accès – des personnes de la même profession, engajadores, etc. (Granovetter, 1973). De quelle façon notre étude s’encadre dans ce contexte interprétatif ? En caractérisant le fonctionnement des réseaux d’émigrations illégaux au XIXe siècle à Viseu et la forme par laquelle ils vont impulser et supporter les flux migratoires conjointement avec d’autres facteurs, nous prétendons ici répondre à cette question.

Projections d’histoire

Ce carnet a pour objet de permettre la diffusion des travaux d’étudiants et de jeunes chercheurs qui travaillent dans l’espace lusophone. Pour cela, le carnet propose d’une part de publier en français des résumés de communications, d’articles ou de projets en portugais. D’autre part, on cherchera à accompagner ces billets par des présentations des auteurs sous la forme d’un entretien, où l’on mettra en avant le parcours de l’étudiant, ses projets d’études, et la place du portugais et de l’espace lusophone en Histoire.